Passage de grade karaté

Ceinture de couleur au club

 

Les élèves passent leur examen de ceinture de couleur (jaune, orange, verte, bleu, et marron) au sein de leur club de karaté. L’examen est préparé par leurs professeurs, il peut donc y avoir plus ou moins d’épreuves que celles expliqués ci-dessous. Les trois épreuves majeurs sont le Kihon, le Kihon ippon Kumité et le Kata.

Kihon

les candidats sont évalués sur des techniques simples sur trois ou cinq pas.

Kihon Ippon Kumité

Passage des candidats deux par deux, un attaquant (Tori) et un défenseur (Uke), les candidats inverseront les rôles lorsque Tori aura réalisé toutes ses attaques.

les deux candidats se placent a un mètre de distance et se saluent,  les deux candidats se mettent en Hachi ji Dachi Tori se met en garde en reculant la jambe droite.

Tori annonce son attaque et, après un moment de concentration, la lance avec le plus de conviction et de détermination possible. Uke doit bloquer l’attaque et contre attaquer (la défense et la contre attaque de Uke sont libres). Chacune de ces attaques est exécutée une fois à droite et une fois à gauche

Les 5 attaques :

 Oï Zuki Jodan,
 Oï Zuki Chudan,
 Mae Geri Chudan,
 Mawashi Geri Jodan ou Chudan,
 Yoko Geri Chudan.

 

Kata

Le candidat doit réaliser un ou deux Kata  suivant la couleur visée.

Heian Shodan
Heian Nidan
Heian Sandan
Heian Yodan
Heian Godan
Tekky Shodan

 

Conseil : Évitez de trop stresser, ne vous bloqués pas ! Faites comme ci c’était un jour normal de cours, mais en restant concentré.

 
 
 
 

Ceinture Noire SHOTOKAN : 1er Dan, voie traditionnelle

 

L’examen du 1er Dan, pour l’obtention de la ceinture noire, est faite par la fédération de Karaté, le lieu peut être dans n’importe quel Dojo du département.

Rappels pour les inscriptions : Au plus tard 30 jours avant la date de passage de grade

Voila_10

 

 

 

 

 

 

 

L’examen du 1er Dan voie « traditionnelle » est composé de 6 épreuves notées chacune sur 20.

 Kihon 
 Kata
 Bunkaï
 
 Kihon Ippon Kumité
 Jiyu Ippon Kumit 
 Ju Kumité

 

Pour l’obtention de l’examen, le candidat doit obtenir la moyenne générale (60/120).

Si le candidat n’obtient pas la moyenne générale, les notes des UV pour lesquelles il a obtenu une note supérieure ou égale à la moyenne (10/20) restent acquises définitivement.

Dans ce cas, seules les UV n’ayant pas obtenu la moyenne devront être repassées jusqu’à obtention de la moyenne générale.

Le candidat est examiné par 2 jurys différents.

 

Chaque jury note deux modules, qui sont :

 Module 1 : Kihon ,Kata et bunkaï

 Module 2 :Kihon Ippon Kumité, Jiyu Ippon Kumité et Ju Kumité

 

 

MODULE 1

 

Kihon : 

Le jury ne peut évaluer que deux candidats à la fois.

Le Kihon est composé de 3 parties sous une seule même note :

Première Partie : Kihon

les candidats sont évalués sur des techniques simples sur trois pas.

Les candidats sont ensuite évalués sur des techniques d’enchaînements simples, au maximum trois mouvements, toujours sur trois pas ;

Le jury emploiera la terminologie officielle énoncée en japonais
Les enchaînements ne doivent pas comporter plus de 3 techniques.
Les candidats sont évalués d’après les critères suivants :
• Puissance et vitesse d’exécution,
• Aisance des déplacements,
• Équilibre et stabilité,
• Bonne attitude corporelle,
• Détermination.

 

Conseil : soyez propre sur la technique, mettez du kime  et pousser votre kiaï sur la 3ème technique.

 

Deuxième Partie :  multi directionnel

Les candidats en position de combat (fudo dachi) sont évalués sur des techniques simples avec retour à la position de départ en fin de mouvement.

Le candidat est interrogé sur un enchaînement simple de trois techniques sur place avec ou sans sursaut, à droite puis à gauche.

Multidirectionnel (Kihon sur un seul adversaire imaginaire qui se déplace). Le candidat est interrogé sur des techniques de maximum trois mouvements multi directionnels, à droite (jambe gauche devant) puis à gauche.

 

Troisième Partie : Cible

Cette épreuve est composée de 5 techniques choisies par le jury, parmi les 7 possibles, exécutées sur cible.

Ces techniques sont :

 Mae Geri, de la jambe arrière posée derrière, niveau chudan
 Kisami Mae Geri de la jambe avant avec sursaut, niveau chudan
 Mawashi Geri, de la jambe arrière posée derrière, niveau jodan ou chudan
 Kisami Mawashi Geri, de la jambe avant avec sursaut, niveau jodan ou chudan
 Gyaku Zuki chudan
 Kizami Zuki/Maete Zuki niveau jodan, suivi de Gyaku Zuki niveau chudan
 Oï Zuki niveau jodan,

 

Les deux candidats se font face.

Tori est l’attaquant. Uke sert de partenaire en présentant la cible.

Tori doit démontrer la maîtrise du geste et la maîtrise de la distance en réalisant un mouvement technique simple.

Uke doit se positionner en faisant un ou deux petits sursauts, arrière ou de côté. Tori adapte sa distance et exécute le mouvement technique avec précision et maîtrise, en répétition (au minimum 3 fois).

Pendant l’exécution de la technique de Tori, Uke est passif et tout à fait immobile. Après l’exécution de la technique de Tori, Uke se repositionne. Ces 5 techniques sont exécutées à droite ou à gauche, au choix du candidat.

Conseil : Attendre que uke se soit positionné pour exécuter sa technique.

 

 

Kata

 Pour l’épreuve Kata, le candidat rappelle d’abord au jury son style renseigné sur la fiche d’inscription.

Le candidat doit ensuite réaliser deux Kata libres dans la liste suivante :

Heian Shodan
Heian Nidan
Heian Sandan
Heian Yodan
Heian Godan
Tekky Shodan
 
Le mot Kata, traduit littéralement, signifie forme. En Karaté, on le traduit par forme fondamentale ou conventionnelle.Il est primordial de ne jamais oublier qu’un Kata n’est pas un simple exercice de style. Il représente un combat dans ce qu’il y a de plus pur et de plus extrême et, à ce titre, il possède, comme ce dernier, un rythme propre. Ce n’est ni une course de vitesse ni un travail en lenteur.
L’expression « vivre son Kata » traduit mieux que toute autre cette capacité que doit posséder le pratiquant, de contrôler tous les paramètres de son exécution, de telle sorte que le jury ressente cette impression de combat au travers de la démonstration qui lui est faite.Tout comme en Kihon, la « beauté » n’est pas un critère essentiel, mais l’efficacité est incontournable.

 

CRITERES DE NOTATION DU KATA:
– La présentation : La tenue et le comportement du candidat doivent être impeccables : Kimono propre, ceinture correctement nouée, comportement et attitude générale irréprochable.
– Le cérémonial et l’étiquette : Le cérémonial (salut, prise de position, présentation) doit être scrupuleusement respecté.
Le Kata est annoncé à haute voix, il commence et se termine par le salut.
– La concentration : Dans sa démonstration, le candidat doit dégager une impression d’unité corps/esprit.
– L’équilibre et la stabilité : Les positions doivent être bien marquées. La position du bassin, de la colonne vertébrale, de la nuque et des épaules bien contrôlée. La maîtrise des déplacements est essentielle et toute perte d’équilibre, glissade ou chute doit être sanctionnée.
– Le rythme et le tempo : Les techniques enchaînées, les mouvements lents (s’ils existent dans le Kata présenté), les temps morts doivent être placés de manière judicieuse tandis que les Kiaï devront être placés selon les normes communément acceptées.
– La puissance : Les techniques doivent dégager une impression d’efficacité.
– Le regard : Le regard doit être empreint de toute la détermination du candidat. Il doit suivre la direction dans laquelle les techniques ou enchaînements sont utilisés.
- La respiration et le Kiaï : La respiration est le support de l’énergie, elle conditionne les moments de force et de faiblesse de notre organisme.
Elle doit être correctement synchronisée avec les techniques, sauf pour certains Kata dit « respiratoires », elle est inaudible. Un Kata comporte suivant les styles un, deux en général voire trois expirations sonores (Kiaï) qui expriment un dégagement maximum d’énergie.
– Le respect des techniques et du diagramme original du Kata : Le Kata est exécuté dans sa forme originale, c’est-à-dire en respectant les positions, les techniques et les directions préconisées par le style ou l’école auquel se réfère le candidat.

 

Bunkaï

Le candidat est évalué avec un partenaire sur les différentes techniques ou séquences issues d’un kata de son choix de sa liste.

CRITERES DE NOTATION DES BUNKAI
La connaissance des Kata impose leurs parfaites maîtrises techniques et la connaissance des applications sur un adversaire, des techniques ou séquences de combat contenues dans le Kata (Bunkaï).

MODULE 2

Kihon Ippon Kumité

Assaut fondamental basé sur une attaque contrée par une seule défense et/ou contre attaque.

Il est composé des 5 attaques :

 Oï Zuki Jodan,
 Oï Zuki Chudan,
 Mae Geri Chudan,
 Mawashi Geri Jodan ou Chudan,
 Yoko Geri Chudan.

 

Chacune de ces attaques est exécutée une fois à droite et une fois à gauche

Les candidats inverseront les rôles lorsque Tori aura réalisé toutes ses attaques.

 

L’ assaut se déroule de la manière suivante :

Les deux candidats sont placés à une distance de 1 mètre l’un de l’autre et de profil par rapport au jury.

Après s’être salués, les deux candidats se mettent en Hachi ji Dachi en écartant successivement le pied gauche et le pied droit afin de rester dans l’axe, Tori se met en garde en reculant la jambe droite.
Uke devra trouver la distance par rapport à l’attaque de Tori.

Tori annonce son attaque et, après un moment de concentration, la lance avec le plus de conviction et de détermination possible.

La défense et la contre attaque de Uke sont libres.

Uke devra rester un instant sur sa technique de contre-attaque afin de bien la définir.
Après chaque attaque, les deux candidats reviennent en Hachi ji Dachi et Tori se met en position inverse pour répéter la même attaque du membre opposé. L’attaque s’effectue toujours avec la jambe ou le bras arrière.

 

Conseil  : après chaque technique, Tori revient en yoï (Hachi ji Dachi) en premier puis uke.

 

Jiyu Ippon Kumité

Les 3 attaques ainsi que le niveau sont annoncés. Celles-ci sont choisies par le jury parmi la liste suivante :

 Oï Zuki 
 Mae Geri 
 Mawashi Geri,
 Yoko Geri 
 Gyaku Zuki 
 Maete Zuki

 

Yoi à 3m au début et après chaque échange

Après chaque attaque les candidats reprennent la position Hachi ji Dachi.

Conseil  : après chaque technique, Tori revient en yoï (Hachi ji Dachi) en premier puis uke.

L’exercice se déroule de la manière suivante :
Tori et Uke se placent à une distance de 3 mètres, après s’être salués, ils prennent la position Hachi ji Dachi.
Au commandement Hajimé lancé par un des membres du jury, ils
se mettent en garde et commencent le combat. Tori doit rechercher une opportunité pour attaquer et Uke doit adapter sa réaction.
Le nombre d’attaques, fixé par le jury, peut varier entre trois et six.
Du 1er au 4ème Dan, Tori et Uke reviennent en position hachi ji dachi après chaque échange.

CRITERES DE NOTATION : Ils sont plus ou moins identiques au Kihon Ippon Kumité et sont basés notamment sur les éléments suivants :
– Aisance dans les déplacements : ces déplacements ne sont pas des sautillements à l’instar des pratiques de combat, mais des déplacements permettant au jury de juger la maîtrise du MAAÏ de chacun des combattants. Ces déplacements utilisés sont des déplacements de base tel que : Yori Ashi, Tsugi Ashi, Ayumi Ashi, etc.
– Puissance et détermination des attaques et des défenses
– Stabilité et équilibre dans l’attaque et la contre-attaque.
– Maîtrise et précision des techniques
– Tori ne doit pas s’approcher trop près de Uke pour déclencher son attaque. Une distance trop réduite autoriserait Uke à contrer et ceci même si Tori n’a pas encore attaqué.
– Uke ne doit pas refuser le combat en reculant systématiquement ou en prenant une garde telle que l’attaque soit difficile à réaliser.
– Les défenses et les contre attaques doivent démontrer la maîtrise par les candidats de deux notions fondamentales du karaté : Go no Sen et Sen non Sen.
– Recherche de l’opportunité
– Kimé (esprit de décision, précision et efficacité extrême)
– Zanshin (vacuité mentale et concentration). La concentration doit être maintenue durant tout l’exercice, et avec la même intensité aussi bien avant qu’après l’attaque (ou la défense).

 

Ju Kumité

Il est demandé 1 assaut souple afin d’examiner les qualités techniques des deux candidats. La durée de cet assaut est de 2 mn maximum.

Le Ju Kumité est un assaut libre et souple non réglementé. Sous forme d’entraînement, il est un moyen pédagogique de préparation au combat ou à l’assaut libre. Pour l’examen de Dan, il permet de juger la maîtrise technique des postulants ayant choisi la voie traditionnelle. Il faut impérativement distinguer cet exercice à deux d’un combat libre ou arbitré.

Conseil  : soyez fluide dans vos mouvements, enchainez et variez les techniques,  ne cherchez pas à marquer des points (ils ne sont pas comptés), poussez le kiaï sur les techniques décisives, ne faites pas qu’attaquer ou que de défendre, surtout ne jamais quitter votre partenaire des yeux, restez tous le temps de l’épreuve alerte, sous tension.

Critères de notation :
- Travail en souplesse avec contrôle absolu à tous les niveaux,
- aisance dans les déplacements,
- variétés des techniques,
- équilibre et stabilité,
- opportunité,
- zanshin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>